THÈME PRINCIPAL DURABILITÉ

Bananes, donnez-vous à fond !

Pour Symrise, une gestion durable consiste à vérifier régulièrement si la transformation des matières premières génère des sous-produits dont on peut tirer une valeur ajoutée. Mission accomplie pour la banane.

L’Équateur est l’un des plus grands producteurs de bananes au monde. Sur son site de Pasaje, la business unit Diana Food les transforme en purée, flocons, poudre ou chips. Chaque année, le processus génère 22 000 tonnes de peau de banane. Une fois compostées, les peaux étaient jusqu’alors réutilisées sous forme d’engrais dans les bananeraies. Et si l’on en transformait une partie pour un faire un nouveau produit ?

C’est une question que se sont aussi posée les chercheurs et les techniciens d’application de l’équipe de Fabien Neaud. En 2015, alors qu’il travaille encore en France, il a l’idée d’analyser plus précisément les peaux de banane dans l’objectif de les transformer. Aujourd’hui responsable R&D LATAM au Chili, il a accompagné ce long parcours, des premières recherches au produit fini. « Il y a cinq ans, j’ai travaillé sur la fabrication de flocons et crunchies à partir de différentes variétés de légumes et de fruits. Il était donc logique de se pencher aussi sur les peaux de banane », explique Fabien Neaud.

Je pense que le potentiel de valorisation des sous-produits est important, dans tout le groupe Symrise.

Fabien Neaud, R&D Manager, Nutrition LATAM

Les études qu’il a menées avec ses collègues ont mis au jour des découvertes prometteuses. En effet, les peaux de banane, riches en fibres, contiennent de nombreuses substances actives qui les rendent intéressantes à transformer. Outre différents acides aminés et du potassium, elles regorgent également de tryptophane, un précurseur de la sérotonine et de la dopamine, toutes deux qualifiées d’« hormone du bonheur » dans le langage courant. Elles sont surtout connues pour leur effet antidépresseur et régulateur du sommeil. Il était donc logique de créer un produit de santé grand public sous forme de complément alimentaire. Les propriétés et les composants des fibres des peaux de banane ont aussi éveillé l’intérêt de différentes business units. Cependant, les peaux de banane n’étant pas considérées comme un aliment mais comme un déchet aux États-Unis et en Europe, l’idée d’un produit à base de purée séchée de peaux de banane n’a pas été suivie, dans un premier temps. Le projet en est resté à quelques échantillons.

Jusqu’au jour où TCI Taiwan, client de Symrise et fabricant de boissons fonctionnelles, a manifesté son intérêt. « Leur gamme comptait déjà un produit à base de peaux de banane fraîches à l’effet euphorisant », raconte Fabien Neaud. Son nom : Happy Banana. Au contraire des États-Unis et de l’Europe, Taiwan considère les peaux de banane comme un aliment. Un obstacle de taille en moins. Dès lors, plus rien ne s’opposait à la transformation des peaux de banane.

Entre-temps, TCI Taiwan a passé sa première commande. Fabien Neaud est convaincu qu’il existe encore de nombreuses autres possibilités de produits à base de peaux de banane. « Je pense que le potentiel est important. Pour les humains, mais aussi pour l’alimentation animale. Les exigences y sont moins strictes. Nous utilisons d’ailleurs déjà des fibres de légumes dans ce domaine. »

Les flocons de peau de banane sont désormais proposés dans toute l’entreprise. Et qui sait, si les choses évoluent positivement, il est aussi possible que ce sous-produit donne naissance à un produit à part entière.


Découvrez les 17 ODD dans le SymPortal : https://t1p.de/SYM-SDG

© Symrise All rights reserved 2020