ENTREPRISE & STRATÉGIE

La diversité, c’est la vie

Extinction des espèces, érosion génétique des plantes cultivées et disparition des habitats naturels – la biodiversité est menacée, à bien des égards. Avec 21 autres entreprises, Symrise tente de contrer cette menace au sein de l’initiative One Planet for Biodiversity.

En ce qui concerne la situation de l’environnement, l’Allemagne, par exemple, présente quelques lueurs d’espoir : dans les forêts et les villages, le nombre d’oiseaux augmente et certaines rivières et zones humides offrent à nouveau aux animaux un habitat viable grâce à la restauration de leur état naturel. Mais voilà : à peu de chose près, ce sont les seuls messages positifs du dernier « rapport sur l’état de la nature » du ministère allemand de l’Environnement. En effet, selon ce rapport, plus des deux tiers des habitats sont dans un état insuffisant à mauvais en Allemagne. Il en va de même pour 60 % des espèces, en particulier les insectes, les papillons, les libellules et les coléoptères.

En France, selon les données du ministère de l’Environnement, environ 1 240 espèces sont menacées d’extinction, un chiffre qui grimpe à 2 000 aux États-Unis. Au sein de l’UE, les populations d’oiseau ont diminué de 30 % en l’espace de 30 ans, tandis que le nombre de papillons s’est effondré de 40 %. Dans les forêts tropicales d’Asie du Sud-Est et d’Amazonie, la déforestation massive menace l’habitat de dizaines de milliers d’espèces. La biodiversité continue donc à disparaître à grande échelle. On parle d’extinction massive globale. UN DÉCLIN DANGEREUX En 2019, la plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), un comité scientifique porté par 132 États, est arrivée à la conclusion qu’à l’échelle planétaire, environ un million d’espèces – animales et végétales – pourraient disparaître. L’agriculture intensive est l’une des principales responsables de la dégradation ou de la destruction des écosystèmes, de la disparition des espèces et de la diminution des patrimoines génétiques. Cette crise mondiale de la biodiversité peut avoir de multiples conséquences. Un manque de diversité génétique peut par exemple augmenter la sensibilité aux maladies et aux parasites. La variété de bananes Cavendish, qui représente la quasi-totalité du marché mondial des bananes desserts, en est un parfait exemple. Dans de nombreuses bananeraies, elle est menacée par un champignon qui peut facilement se propager dans les monocultures.

« Le déclin de la biodiversité menace l’approvisionnement des populations en nourriture. Il nous prive également de nombreux services environnementaux fournis par la nature – matières premières naturelles, régulation du climat, cycles de l’eau et des matières, mais aussi services culturels qui sont aussi importants pour notre entreprise. La nature est notre source d’inspiration », explique Sascha Liese, responsable du développement durable chez Symrise. Au bout du compte, une entreprise comme Symrise dépend de la biodiversité et de la bonne santé des écosystèmes pour assurer la production alimentaire et garantir la qualité et le goût des produits, poursuit-il. De nombreux groupes exploitant des matières premières naturelles l’ont reconnu.

TROIS PRINCIPES DE BASE « Le sujet s’impose de plus en plus », observe Sascha Liese. Ainsi, depuis septembre dernier, 21 acteurs mondiaux – principalement issus des secteurs alimentaire et cosmétique – se sont réunis au sein de l’initiative OP2B (One Planet for Biodiversity). Leur objectif : protéger, exploiter durablement et restaurer la biodiversité, notamment en alignant leurs chaînes logistiques et leurs portefeuilles produits sur cette ambition.

L’initiative repose sur trois principes de base : une agriculture régénérative, une gamme de produits diversifiée basée sur la diversité génétique ainsi que la restauration d’écosystèmes agricoles intacts et la protection des forêts. « Il s’agit de produire des aliments de bonne qualité sur des sols sains », enchaîne Sascha Liese. « Il nous faut cultiver des variétés résistantes et nutritives, reconnaître la valeur économique des services environnementaux et enfin exploiter les potentiels d’innovation, par exemple par la redécouverte de variétés anciennes ou locales. »

Symrise espère ainsi intégrer toute la diversité des plantes cultivées dans ses produits et préserver les réservoirs génétiques de nos matières premières stratégiques. Chez Symrise, l’initiative OP2B fait écho à de nombreux projets. Depuis 2015, l’entreprise a mis en place un agenda de la biodiversité qui oblige toutes les divisions à réduire les conséquences négatives de leurs activités sur la biodiversité ou – encore mieux – à favoriser la biodiversité. Le groupe Symrise s’est également engagé publiquement à mettre en œuvre les objectifs de la convention sur la diversité biologique des Nations unies. Sa participation à l’initiative OP2B est donc une étape logique. Les entreprises participantes sont en train d’élaborer des solutions systématiques pour favoriser la biodiversité dans leurs chaînes logistiques. Une compilation de projets aux résultats probants, parmi lesquels la vanille cultivée par Symrise à Madagascar, doit être présentée en exemple. Sur cette île aussi grande que la France, l’entreprise travaille en collaboration avec 7 000 petites exploitations agricoles qui favorisent une agriculture régénérative, ce qui renforce la diversité et protège les écosystèmes. Symrise est également membre de l’Union for Ethical Biotrade, une ONG qui fixe des normes strictes pour la durabilité des chaînes logistiques et des relations commerciales équitables.

Toutes ces activités convergent au sein du comité du développement durable de l’entreprise. « Le développement durable et la biodiversité ne peuvent fonctionner que de manière transversale », insiste Sascha Liese. Les divisions ont défini des lots de matières premières agricoles stratégiques. L’objectif est de les produire et de les transformer de manière durable d’ici 2025. « Nous avons entamé un voyage qui est loin d’être terminé », concède Sascha Liese. Et il n’y a pas d’autre option, car « la diversité biologique n’est pas seulement l’assurance-vie de l’humanité, c’est aussi le capital naturel de notre industrie et nous devons la préserver à long terme. »


Découvrez les 17 ODD dans le SymPortal : https://t1p.de/SYM-SDG


Pour en savoir plus sur l’initiative OP2B, rendez-vous sur : https://op2b.org/

© Symrise All rights reserved 2020