PRODUITS & CLIENTS

Le céleri « Bergers weisse Kugel » est sauvé

Découvrez comment les jeunes plants d’une variété spécifique de céleri ont pu être mis en terre à Holzminden malgré le manque de main-d’œuvre saisonnière et pourquoi la réinscription de la semence au catalogue officiel garantit la qualité des produits Symrise.

La pandémie de coronavirus frappe durement les agriculteurs allemands. Chaînes d’approvisionnement rompues, activité en berne, baisse de revenu et saisonniers absents pour les travaux des champs : autant de difficultés qui rendent leur tâche ardue. Pour Symrise et ses partenaires locaux, il a donc fallu s’adapter rapidement et improviser, comme ce fut le cas chez Heinrich-Mark Severin, à Holzminden. Sur plus de 13 hectares, sa femme et lui cultivent depuis 20 ans la variété de céleri « Bergers weisse Kugel », exclusivement pour Symrise.

Pour que la récolte puisse avoir lieu cette année, les plants devaient être mis en terre en mai. On parle quand même de 400 à 600 tonnes de céleri-rave. Alors que faire lorsque les ouvriers agricoles ne peuvent assurer les semis pour cause de fermeture des frontières ? « Pour nous, il était clair qu’il fallait agir ensemble », affirme Niklas Püttcher, Buyer Agricultural Products, qui a fait appel à Petra Brychcy, responsable de la formation. C’est elle qui a demandé de l’aide aux apprentis du site de Holzminden – et beaucoup ont répondu présent.

Pour nous, il était clair qu’il fallait agir ensemble.
Niklas Püttcher, Buyer Agricultural Products

Le 20 mai, 50 jeunes ont donc rejoint la famille Severin afin de mettre en place un million de plants de céleri. « Les plants sont espacés de 30 cm. À raison de près d’un kilomètre par heure, cela représente 192 plants en 60 minutes », explique Sinje Kluge-Severin, agricultrice. « Grâce à la planteuse à céleri, les rangs sont propres. » UNE BOULE BLANCHE PARTICULIERE Si les apprentis ont trouvé normal de prêter main-forte, cette mission a aussi apporté un changement intéressant : Niklas Püttcher a pu leur expliquer les particularités de la variété « Bergers weisse Kugel ». « C’est une très ancienne variété, qui n’est plus utilisée qu’à des fins industrielles », explique l’acheteur en produits agricoles. La raison ? Leur apparence. En effet, cette variété se caractérise par des taches sombres à l’intérieur de la racine. « Ce que l’on prend pour des imperfections joue un rôle déterminant dans le goût intense et typique de cette variété », poursuit Niklas Püttcher. Exactement ce qu’il faut à Symrise pour fabriquer du jus et du concentré. En revanche, les consommateurs considèrent ces taches brunes comme un défaut plutôt que comme un signe de qualité. Ils n’achètent pas de céleri Bergers weisse Kugel – qu’il soit frais, en conserve, surgelé ou préparé. Résultat : l’industrie agroalimentaire ne s’y intéresse pas. Esther-Corinna Schwarze, Senior Technologist Agro Science, attire l’attention sur les conséquences de cette désaffection : « Le Bergers weisse Kugel n’est pas non plus intéressant économiquement pour les semenciers et il a été difficile d’en trouver. » Même l’autorisation de reproduction n’a pas été prolongée par l’office fédéral allemand des variétés végétales.

Valeur culturale


La commercialisation des semences des espèces de plantes et de légumes agricoles est subordonnée à l’inscription des variétés au catalogue officiel. Les conditions d’admission d’une variété sont son caractère distinct des autres variétés, son homogénéité et sa stabilité – qui sont contrôlés par une culture de plein champ ou sous abri – ainsi qu’une dénomination variétale acceptable. Les espèces de plantes agricoles doivent également présenter une valeur culturale. Une variété possède une valeur culturale si, par rapport aux autres variétés comparables admises, elle représente, par l’ensemble de ses qualités, une nette amélioration soit pour la culture, soit pour l’exploitation des récoltes ou l’utilisation des produits qui en sont issus. L’admission de la variété est accordée pour 10 ans. À l’issue de cette période, elle peut être prolongée sur demande.

Lorsque les plants de céleri poussent correctement, Heinrich-Mark Severin, agriculteur installé à Holzminden, peut en récolter environ 500 tonnes pour Symrise.

Les plants sont semés sous tunnel avant d’être repiqués en pleine terre.

UNE VARIETE IRREMPLAÇABLE Ces dernières années, les semences utilisées par les producteurs de plants travaillant avec Symrise provenaient des stocks d’un ancien fournisseur. Puis tout s’est arrêté. Mais le goût typique et intense de la variété utilisée joue un rôle essentiel dans la qualité de l’extrait qui en est tiré. Il est utilisé dans plus de 125 produits, dont on vend plus de 400 tonnes par an. « Cette variété de céleri est une matière première importante pour nous et elle n’est pas simple à remplacer », résume Steffen Grothe, Development Manager Culinary. « Nous avons longtemps cherché une alternative, en vain, malheureusement », reprend Niklas Püttcher.

La seule solution restante semblait une réinscription rapide au catalogue officiel des variétés. Steffen Grothe a donc pris contact avec le semencier suisse Sativa, identifié comme fournisseur potentiel. Après quelques discussions, l’entreprise accepte de reprendre la multiplication de la variété et de demander une réinscription au catalogue officiel avec l’aide de Symrise. « Nous en sommes vraiment ravis, car produire des graines pour seulement un million de plants n’est en général pas intéressant financièrement pour les semenciers », concède Steffen Grothe. « Nous avons eu la chance de trouver en Sativa une petite entreprise, flexible, qui s’intéresse à la création de nouvelles variétés potagères biodynamiques, mais aussi à la préservation des variétés traditionnelles et de la biodiversité. » REINSCRIPTION VALIDEE La distribution des semences est soumise à une réglementation stricte, en Allemagne comme dans toute l’Europe. « Elle doit, d’une part, protéger les consommateurs en garantissant la pureté variétale et, d’autre part, donner aux semenciers de la sécurité », explique Esther-Corinna Schwarze. « Car ils investissent beaucoup d’argent dans la production de nouvelles variétés. C’est pourquoi nous voulons leur donner la possibilité d’obtenir un agrément exclusif et de protéger cet investissement pendant un certain temps. » La concurrence ne peut alors pas copier les semences ni les commercialiser.

La loi sur la distribution des semences doit protéger les consom­mateurs et donner aux semenciers de la sécurité.
Esther-Corinna Schwarze, Senior Technologist Agro Science

Esther-Corinna Schwarze connaît précisément les contraintes d’une inscription au catalogue officiel et sait qui contacter. L’étape la plus importante a consisté à joindre l’office fédéral allemand des variétés végétales. La voie vers une réinscription était alors libre et l’autorisation préalable de distribution pouvait être utilisée. Car le stock de semences était encore suffisant pour 2020. Au mois de mai, un million de jeunes plants ont ainsi pu être mis en terre. Esther-Corinna Schwarze, Steffen Grothe et Niklas Püttcher sont impressionnés par la collaboration entre les services et les entreprises, qu’il s’agisse de la plantation ou de la réinscription du céleri « Bergers weisse Kugel ». « C’est la clé du succès – même pour les projets à venir. »


Découvrez les 17 ODD dans le SymPortal : https://t1p.de/SYM-SDG

Un million de plants ont été répartis sur 800 hectares.

Sur la planteuse, masques obligatoires !

La planteuse à céleri est dotée d’un mécanisme qui permet de régler l’écart entre les plants et la profondeur de plantation.

Heinrich-Mark Severin examinent les plants utilisés.

© Symrise All rights reserved 2020

Imprint | Terms & Conditions | Privacy Policy | Cookie Policy