Des rues étroites, des aménagements sinueux, un gros camion : au volant, les conducteurs de Symotion sont extrêmement concentrés. Sur la photo : Andreas Neitzel, transports internes.

PRODUITS & CLIENTS

Sur les sites de pro­duc­tion, n’ou­blions pas le Code de la route !

Chaque jour, des véhicules de plusieurs tonnes empruntent les routes des sites de production de Symrise. Afin d’éviter les accidents, tous les usagers doivent faire preuve de prudence. Et pas seulement les conducteurs.

Bien que les routes y soient étroites et sinueuses, qu’il n’y ait ni feux tri­co­lo­res ni passages piétons, le Code de la route s’applique aussi sur les sites des usines de Solling et Weser. « Pourtant, certains collaborateurs n’en ont vrai­ment pas conscience », constate Reinhard Nowak, directeur de Symo­tion. Il a ainsi remarqué que certains collègues traversent la route en re­gar­dant leur portable ou en marchant les uns à côté des autres, ce qui empêche de voir les véhicules en circulation. « S’ils se mettent en danger, ils ex­po­sent aussi les conducteurs », souligne Reinhard Nowak. Chaque jour, les routes des usines sont sillonnées par des 40 tonnes, des chargeurs latéraux, des camions surbaissés, des camions transportant des caisses mobiles, des Unimog avec différentes remorques et des chariots élévateurs.

Les conducteurs de Symotion ont conscience de la situation. Sur ces routes étroites et sans visibilité, leurs véhicules utilitaires ne dépassent pas les 15 km/h. Mais ils ne sont pas seuls. De nombreux véhicules d’autres en­tre­prises par­courent aussi le site. « Les conducteurs extérieurs partent du principe que le Code de la route s’app­lique et conduisent donc plus vite », explique Andreas Ostermann, directeur des transports internes et du stockage chez Symotion. Le lieu étant un site de production, on y trouve à tous les coins des emballages et des palettes qui gênent la vue. Et si les piétons ne font pas attention, les choses se com­pl­iquent sérieusement. Le risque d’accident augmente alors au­to­ma­ti­quement. En effet, si le conducteur d’un 40 tonnes doit freiner brus­que­ment, de gigantesques forces physiques sont libérées. Il faut bien quelques mètres à 40 éléphants pour s’arrêter. « Non seulement ces situations sont dangereuses, mais on gaspille aussi énormément d’énergie », explique Andreas Ostermann. Car le camion doit ensuite se remettre en mouvement.

Les chauffeurs doivent également gérer une autre difficulté : la hauteur de leur cabine, qui les empêche de voir le sol. « Chaque coup de frein stresse le con­duc­teur et le matériel », insiste Andreas Ostermann. Des formations régulières sont donc obligatoires. La loi alle­mande sur la formation des chauffeurs de poids lourds prévoit une formation adéquate tous les cinq ans. Début novembre, justement, cinq col­la­bo­rateurs de Symotion ont de nouveau fait la preuve de leurs compétences.

FAIRE ATTENTION À CHACUN « Garantir la sécurité sur le site est l’affaire de tous les collaborateurs », rappelle Reinhard Nowak. Pas seu­le­ment celle des conducteurs de Symotion, qui par­ti­cipent eux aussi régulièrement à des formations à la sécurité. Les responsables de la sécurité échangent également fréquemment avec Ralf Galonska, spécialiste de la sécurité au travail, pour trouver ensemble des solutions. Les chariots élévateurs, par exemple : ils ont été équipés d’une lumière bleue, un signal qui indique dans quelle direction roule le chariot. Ainsi, les personnes se trouvant à proximité et les passants sont prévenus.

Chacun est responsable de sa propre sécurité, mais chacun doit aussi veiller à ne pas mettre les autres en danger. « Il s’agit simplement de respect », estime Reinhard Nowak. « C’est la seule manière d’éviter les accidents sur le site de production. »


Découvrez les 17 ODD dans le SymPortal : https://t1p.de/SYM-SDG

© Symrise All rights reserved 2020